Chère fréquentation…

Un peu occupée par ce qui approche à grand pas pour moi (si vous suivez vous savez que je mettrai officiellement  fin à une vie amoureuse de marde de façon grandiose le 25 juillet) je n’ai qu’à peine le temps de fournir sur la page facebook donc clairement pas d’écrire un texte. Mais je suis chanceuse parce qu’une fiois encore, je dois admettre qu’i y a des gens qui m’envoient leurs textes et qui écrivent bien en tabarouette. Voici donc un texte qui vous ira droit au cœur de pouliche!

*******

Chère Fréquentation,
Depuis quelques  mois qu’on se connait, qu’on se voit plusieurs fois par semaine, qu’on couche ensemble… Hé bien, mes sentiments pour toi se sont développés.
Surprise!!

Accumule toutes les heures passées ensembles, les baisers, les caresses, les beaux moments…ça donne ce que ça donne. Dans mon cœur de pouliche, c’est plein de petits toi qui foutent le bordel sur un moyen temps.

Tu me chavires, j’aimerais tellement pouvoir te le dire. Exactement comme ça. TU ME CHAVIRES, salopard.

J’ai comme perdu ma tête en chemin ou j’sais pas trop. J’ai aucune, mais alors là aucune idée de comment dealer avec ça. J’ai peur, j’ai fucking peur même.  Qu’est-ce que tu me fais, voyons? C’est quoi ce délire?

Tout ce que j’ai réussi à dire c’est ‘’Tu le sais tu que je t’haïs pas, toé?’’  Toi : ‘’Mmmm, j’men doute un peu’’. Et? Et? Et rien. Moi non plus j’t’hais pas, ça te tentait pas? Ta réponse c’est pas Oui, tu me plais j’veux aller plus loin aussi. C’est pas Non, t’es juste une baise régulière faque comme ça j’me casse pas la tête mais j’veux pas plus. C’est juste un gros paquet de flou pas assumé. De flou cute parce que c’est sorti de ta bouche pis que tout ce qui sort de ta bouche me fait sourire. T’es trop cute, tu me déranges la vie avec ta cuteness. Soit laid pour un temps, ok?

Alors… Alors je fais quoi?

Je pourrais jouer la game de la fille détachée qui en attend pas trop de la vie. YOLO mais, mode relax.  Advienne que pourra, qui vivra verra, si on est dû ça va arriver…Tu vois le genre.

Sinon,  je prends mes distances question de voir si tu va t’en inquiéter. J’arrête de texter en premier. Fuck les « Bonne nuit / Bonne journée’’. Je  t’invite plus, j’attends que tu fasses les premier pas. ‘’J’suis pas accro, tsé! Je m’en fou, sérieux.’’  Bullshit, ouais.

Tactique inverse, je me change en G.I Jane de la séduction. Je sors les guns à papillons, les allusions qui sentent le sexe  pis les selfies de foufounes.

Mais… J’ai tellement pas envie de jouer à ça. Pas pentoute, même. Je veux juste  être moi, pis que tu m’aimes de même.

Je passe pas le test. J’suis PAS zen. J’angoisse d’avoir mal, mais j’ai tellement envie de foncer là-dedans.
Mon p’tit cœur de pouliche voudrait juste savoir si tu veux de lui. Pis pas le péter en deux si possible. Merci.
La fille

Suivez-nous sur

Répondre à karine Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.