Aux gens seuls

Une membre de la page nous livre encore ici un beau texte sur la solitude. En espérant qu’il vous fera du bien 😉

______________________

Aux gens seuls

Aux gens seuls qui doivent pelleter une bordée de neige tout en surveillant les enfants, préparer le souper et veiller aux devoirs et leçons des petits. Qui ont passé une heure voire deux dans le trafic après une journée au travail, qui ont dû jongler avec les heures d’ouverture et fermeture du service de garde scolaire ou de la garderie en sachant très bien qu’ils n’avaient pas de plan B. Aux gens seuls qui arrivent à la maison et voient toutes les tâches à faire, qui n’en voient pas le bout, qui tombent de fatigue à 22h00 en n’ayant pas eu une minute de répit. Qui ont passé la soirée à essayer de préparer le souper, les lunchs du lendemain, à devoir ranger la vaisselle de la veille au soir, entre deux brassées de lavage et un coup d’aspirateur dans le salon.

Aux gens seuls qui peinent à joindre les deux bouts. Qui doivent tout calculer. Qui doivent même parfois se prendre un deuxième emploi pour parvenir à se payer un peu de luxe. Parce que tout coûte cher. Parce que personne ne peut partager le loyer avec nous. Parce que si on veut s’acheter des nouveaux vêtements, on sait que l’épicerie de la semaine risque d’écoper. Aux gens seuls qui aimeraient bien rêver eux aussi, mais qui savent très bien que c’est impossible avec un seul salaire et tout à payer.

Aux gens seuls qui arrivent dans une maison vide à tous les soirs, qui doivent composer avec le lourd silence et personne à qui raconter sa journée au bureau. Aux gens seuls à qui la solitude pèse de plus en plus depuis bientôt un an alors qu’on vit dans une bulle où toutes les visites extérieures nous sont interdites. Quand on habite seul, que nos seuls contacts se résument à nos collègues de travail (et même encore…si on fait du télétravail, nous voilà bien mal barrés), la solitude pèse lourd sur le moral. Quand nos seuls contacts sont les réseaux sociaux, ces mêmes réseaux où pullulent les familles heureuses et les couples nouvellement fiancés, disons que notre solitude pèse de plus en plus.

Aux gens seuls qui doivent essuyer leur lot de déceptions amoureuses alors qu’ils doivent garder la face devant leur marmaille. Parce qu’on n’a pas envie d’expliquer à notre petite dernière pourquoi on a toujours envie de pleurer. Parce qu’on veut leur montrer l’image d’un parent fort, parce qu’on donne l’exemple, parce qu’on n’a pas envie de leur raconter nos déboires amoureux. Comment expliquer à un enfant de huit ans que l’amoureux de maman est disparu sans laisser de nouvelles ? Parce que même pour un enfant de huit ans ça ne fait pas de sens… Parce qu’on ne veut pas leur montrer notre peine, nos espoirs amoureux qui viennent de s’effondrer encore une fois. Alors on garde la face. On leur dit que tout va bien et qu’au fond on est bien mieux toute seule, n’est-ce pas ?

Aux gens seuls qui ne se confient même plus à leurs proches tant ils n’en peuvent plus de ces phrases toutes faites. Y-en-aura-d’autres et c’était-pas-le-bon de ce monde. Parce qu’après des années de rencontres qui ne mènent à rien, on n’en peut plus. On est découragé. On n’a pas envie de se faire dire que l’océan est plein. On aurait bien voulu que ça marche avec lui, tout simplement. Parce que ça cliquait. Parce qu’on se voyait bien partager un futur… Mais non. Plus les rencontres désastreuses s’accumulent, plus le niveau d’empathie de notre entourage diminue. Alors on ne raconte plus rien. On reste seul avec sa peine et ses maudits espoirs brisés en deux. Parce que non, il n’y en a pas de formule magique pour trouver l’amour. Et oui c’est lourd se faire demander à chaque mois si on a rencontré quelqu’un. Sans oublier ceux qui te connaissent à peine et s’improvisent Dr Love en trouvant LA faille dans ta personnalité après 3 minutes de conversation.

Mais aussi aux gens seuls en couple. Ceux qui sont malheureux. Ceux qui ont un conjoint ou une conjointe par parure. Qui ne leur apporte pas de bonheur. Qui est toxique. Violent. Aux gens qui doivent subir les insultes de l’autre jour après jour. Aux gens qui pleurent chaque soir. Aux gens en couple qui doivent faire face aux infidélités d’un conjoint. À ces gens en couple qui ont parfois l’impression que l’autre n’est qu’un boulet.

Et aux gens seuls qui jouissent d’une liberté incroyable. Qui n’ont pas de compte à rendre à personne. Qui peuvent décider de passer un week-end complet en pyjama à manger du poulet sans avoir l’impression qu’ils vont se faire reprocher quoi que ce soit. Aux gens seuls qui font ce qu’ils veulent, quand ils veulent. Qui peuvent décider de souper à 22h00 ou bien à 16h00 s’ils en ont envie. Qui peuvent partir pour un week-end sur la route et décider de s’arrêter autant de fois qu’ils en ont envie juste parce qu’ils veulent toucher l’eau du fleuve. Sans personne pour les presser ou bien leur interdire de le faire. Aux gens seuls qui font des rencontres incroyables parce qu’ils prennent le temps d’ouvrir les yeux et de discuter avec les gens autour d’eux (partir en couple ou avec des amis versus partir en solo est complètement différent). Aux gens seuls qui nouent de nouvelles amitiés. Aux gens seuls qui peuvent envahir la maison de plantes ou bien changer les meubles de place à toutes les semaines. Aux gens seuls qui peuvent repeindre leur appartement à trois heures du matin ou bien monter un meuble Ikea lors une nuit d’insomnie sans personne pour les ramener à l’ordre.

À tous ces gens seuls, profitez de la vie. Profitez du moment présent. Prenez le temps de prendre soin de vous, de pleurer si vous en avez envie ou de partir avec votre sac à dos si ça vous chante.Entourez-vous de gens qui sont bons pour vous. Et quand ça va moins bien… dites-vous que tout finit par passer.

Et surtout que votre état matrimonial ou votre solitude ne devrait pas vous définir en tant que personne.

Marilyn Soullière

Suivez-nous sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.