Ton terrain de jeu

Encore une fois, Catherine Lavoie partage avec nous de la belle matière à réflexion! Bonne lecture!

___________________________

« – Vivez votre terrain de jeu.

– Qu’est-ce que ça veut dire?

– Est-ce que d’avoir un conjoint, deux enfants et une maison avec une grande cour est votre terrain de jeu? Ou est-ce une idée puisée dans une publicité d’une banque? Est-ce que vous rendre à la plage en cabriolet avec trois de vos amis en chantant plus fort que la radio est votre terrain de jeu? Ou est-ce la vie à travers les lentilles d’une publicité d’une marque d’auto?»

J’ai souri. « Votre terrain de jeu est unique à vous. Permettez-vous de l’évaluer non pas selon les rêves des autres, mais bien selon vos propres rêves. »

– Le retour au Why Café

—————————————

Ce passage de l’excellent livre de John P. Strelecky est de loin celui qui m’a marqué le plus. Tu sais, quand ça t’allume une grosse lumière fluo qui clignote? (En passant, si tu n’as pas lu Le Why Café, Le retour au Why Café et Reconnexion : La 3e visite au Why Café, garoche-toi!)

<!-more Lire Plus…->

C’est si simple : dans la vie, il faut faire ce qui nous rend heureux, et non pas ce que la société nous impose comme idée du bonheur. Parce qu’on s’entend, ce n’est pas tout le monde qui est fait pour le même modèle de vie, tu me suis? Et tu sais quoi? On a le droit de ne pas avoir la même signification du bonheur que les gens autour de nous, même si eux semblent très heureux et épanouis.

Avoir une maison, 2 voitures, un mariage et 4 enfants, ça ne veut pas dire que tu es nécessairement accompli et heureux dans la vie. Est-ce que c’est vraiment ta définition propre du bonheur, ou si, quand tu regardes autour de toi tu te dis « Bon ben ça semble être la norme alors fittons dans le moule! »?

Pour vrai… On passe tellement de temps à courir après de fausses idées d’un bonheur préconçu, et trop peu de temps à simplement trouver et faire ce qui nous rend heureux Je n’essaie pas de faire ma pseudo coach de vie, loin de là. C’est simplement quelque chose que j’ai réalisé à la lecture de ce livre. Je courais après des idéaux qui n’étaient pas les miens. J’ai réalisé que mon bonheur m’est propre, que c’est à moi de le définir. Et sachant cela, je peux mieux orienter mes choix en fonction de la vie que je veux vraiment.

À 24 ans, j’étais sur le point de me marier et fonder une famille. Dix ans plus tard, je suis heureuse d’avoir écouté ma petite voix et d’avoir complètement réorienté ma vie. Car, même si je ne suis pas mariée, que je n’ai pas d’enfant, j’ai incroyablement cheminé, j’ai appris à me découvrir, j’ai vécu une foule de choses qui m’ont permis de savoir qui je suis, ce que je vaux, ce que je veux.

Je suis dans toutes ces réflexions ces temps-ci, les choix que je fais ne sont pas toujours faciles, mais quand on sait un peu mieux ce que l’on veut, la vie se charge de nous placer sur le bon terrain de jeu. Comme me le dit souvent mon père (tu vas voir, je le cite souvent) « Ça ne se passe pas toujours comme on veut, mais c’est toujours pour le mieux ».

Catherine Lavoie

___________________________

Et vous? Est-ce que ça vous “parle”, cette réflexion? On veut savoir! 😉

Suivez-nous sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.